jeudi 27 mai 2010

Dans ma famille il y avait... Un gardien de phare Antonio Bourgault (1895-1988)


Il y a de cela 115 ans, naissait l'homme qui deviendra le dernier gardien de phare sur le St-Laurent au large de Saint-Jean-Port-Joli. Il s'agit de mon arrière-grand-père Antonio Bourgault

Antonio Bourault fût le gardien du phare du Pilier-de-pierre une petite île rocheuse situé à 5 kilomètre au large de St-Jean-Port-Joli, il garda le phare de 1926 à 1960 car à partir de 1960 le système devint automatisé. Sa tâche consistait à être présent au phare du 1er avril au 1er décembre mais souvent sa présence se prolongeait dût au glace sur le fleuve qui l'empêchait de retraverser parce qu'il se rendait au pilier à l'aide d'une chaloupe. Il devait veiller à l'entretien de la lumière qui fonctionnait à l'huile de marsouin et de phoque et vers la fin de sa carrière à de charbon, devait voir à ce qu'elle fonctionne en permanence et devait s'occuper de l'entretien des bâtiments. Pendant la 2e guerre mondiale, il devait fournir un rapport des avions, navires et sous-marins ou autre mouvement suspect sur le fleuve.

À cette époque il était considéré comme privilégié car, étant employé par le gouvernement fédéral, il avait un emploi stable et il avait un bon salaire. Avec la crise économique de 1929, les gens avaient de la misère à se trouver des emplois et à subvenir à leur besoins.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire